Aller au contenu principal

Travaux campus : démolition de la salle de Souilhac

Démolition de la salle de Souilhac

Mercredi 5 décembre matin, la démolition de la salle des fêtes de Souilhac a débuté.

Cette salle, construite en 1940, n’était plus aux normes et n’était pas accessible.

Cette démolition permettra d’apporter de la lumière dans ce quartier.

Dès le mois de février, elle laissera place à un parking de 20 places qui sera nécessaire pour le nouveau campus universitaire actuellement en construction juste à côté.
 

Retour sur l’histoire de la salle de Souilhac

Ce bâtiment qui, à l’origine,  appartenait à la Manufacture d’Armes de Tulle était répertorié sous le n°408. Il était alors dénommé « Pavillon de Souilhac » et a fait l’objet d’une proposition d’acquisition par la Ville de Tulle dès 1966 afin d’y aménager le restaurant du foyer-logement de Souilhac, alors en projet.

Ce projet était prioritairement destiné aux habitants des quartiers de Souilhac, du Pont de la Pierre et des Condamines.

La Ville acquiert auprès de l’État le bâtiment en 1968 pour la somme de 6 000 francs.

C’est un bâtiment composé d’un simple rez-de-chaussée d’une superficie bâtie de 344m², édifié en 1940 sur un terrain qui appartenait à la Ville de Tulle.

Dès 1968, le bâtiment fait fonction de foyer restaurant jusqu’à la construction et l’ouverture du foyer-logement en 1973 au sein duquel avait été aménagé un restaurant.

Dès lors le bâtiment a servi de salle des fêtes à destination des associations et des particuliers.

 

 

 

Premiers murs pour le restaurant

 

Depuis plusieurs semaines, les travaux du campus universitaire ont démarré. Premier chantier à voir le jour : la construction du restaurant du campus. Le nouveau bâtiment sort de terre au niveau du parking de l’IUT. Les travaux vont se poursuivre jusqu’à la fin du premier semestre pour une ouverture prévue en septembre 2019.

 

Quant au Bâtiment 419, il connaitra d’abord un « déshabillage » de toute sa partie architecturale extérieure dès le mois de janvier avant de subir un véritable lifting durant les deux prochaines années. Affaires à suivre…