Aller au contenu principal

Le Groupe scolaire Turgot

Le Groupe scolaire Turgot

Enjeu majeur des pouvoirs temporels et spirituels, l’enseignement en France a toujours été au centre de toutes les attentions. A Tulle, au Moyen-Âge, l’enseignement est aux mains du clergé et l’instruction est dispensée par les moines de l’abbaye.

 

Cependant, dès 1443, les édiles tullois décident de transférer les écoles dans le quartier de la Bride à proximité de la maison commune et de placer l’enseignement hors de l’intervention ecclésiastique.

 

Sous l’Ancien Régime, le caractère laïc des écoles de Tulle se développe. Au XVIe siècle les écoles sont placées sous l’autorité du maire. L’ordonnance de Louis XIV de décembre 1668 impose aux parents d’envoyer leurs enfants à l’école jusqu’à l’âge de 14 ans. Bien que le financement reste à la charge des paroisses ou des communautés d’habitants, les écoles commencent à se généraliser. La période révolutionnaire, est marquée par l’organisation d’un enseignement d’État et la loi Daunou (1795) propose un enseignement primaire destiné à offrir une culture commune à l’ensemble des citoyens et à légitimer la démocratie. Au XIXe siècle, si les lois Guizot (1833) et Falloux (1850) contribuent à son développement, ce sont les lois Ferry (1881-1882) qui rendent l’école gratuite, obligatoire, publique et laïque.

 

C’est dans ce contexte que l’école de la Bride connaît un nouvel essor. Reconstruite en 1882, elle prend le nom d’Anne Robert Jacques Turgot (Paris, 1727-1781), Intendant de la Généralité de Limoges et Ministre de Louis XVI. Elle est alors composée de deux bâtiments comprenant 9 classes et 2 logements de fonction.

 

Dès le début de son mandat, en 1912, Alfred de Chammard souhaite mettre fin à l’inégalité d’accès à l’éducation entre les Tullistes. Il prévoit la construction d'un groupe scolaire mixte sur le site de l’école Turgot, devenue vétuste, qui permettrait d’accueillir également les élèves des écoles de filles de la rue des Portes-Chanac et du quai de la République. Le 29 décembre 1913, le conseil municipal approuve les plans dressés par les architectes Auberty et Merpillat. Le projet de construction n’est cependant présenté que le 30 août 1925. C’est un nouveau bâtiment, composé de 19 classes (10 de garçons, 9 de filles), qui est construit, à côté de la prison, entre 1927 et avril 1930.

 

En 1934, le groupe scolaire de la Bride est d’abord agrandi, avant qu’une nouvelle école maternelle soit construite en 1952 permettant de passer d’une à cinq classes. Le 16 octobre 1961, le conseil municipal décide de construire à l’emplacement de la Maison d’Arrêt, qui sera démolie en janvier 1964, un nouveau bâtiment destiné à accueillir une école de filles de 13 classes.